Alzheimer Un test sanguin prédictif à 88 % ? //N°108

 

 

Selon des travaux de chercheurs suédois et britanniques publiés dans Nature Aging, des tests sanguins pourraient permettre de détecter les patients à risque de développer une maladie d’Alzheimer.

Pour ce faire, les investigateurs ont analysé les données de 573 patients atteints de troubles cognitifs légers (MCI), qui ont été suivis pendant 4 ans au cours desquels des tests cognitifs ont été répétés et la survenue d’une maladie d’Alzheimer a été recherchée. Plusieurs biomarqueurs plasmatiques ont été examinés. Les auteurs ont alors pu mettre en évidence qu’un modèle combinant tau phosphorylé à la thréonine 181 (P-tau181) et un neurofilament léger (NfL), avait la meilleure performance pronostique de tous les modèles (aire sous la courbe = 0,88), soit un taux de prédiction de 88 % de développer une maladie d’Alzheimer.

D’après les scientifiques, ces résultats doivent être confirmés par d’autres travaux, car si ces marqueurs sanguins « peuvent prédire la survenue d’Alzheimer dans des groupes plus importants et plus hétérogènes, nous pourrions assister à une révolution et cela pourrait être un pas important vers un diagnostic plus précoce, ainsi que vers l’expérimentation de nouveaux traitements à un stade moins avancé de la maladie ».

Il est à noter qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement contre cette maladie.

 

AFP et Nature Aging du 30 novembre 2020.

Chargement...