Apport de la TEP-TDM AU 18FDG dans le mélanome malin //N°83

 

 

Le mélanome cutané malin (MM) représente la première cause de mortalité par cancer en dermatologie. Sa prise en charge diagnostique précoce est le seul garant d’une meilleure curabilité.

Le but de ce travail est de décrire les caractéristiques des lésions retrouvées à la tomographie par émission de positon couplée à la tomodensitométrie au 18-fluorodésoxyglucose (TEP-FDG) chez les patients suivis pour MM.

Vingt-cinq patients ont été adressés entre mai 2012 et décembre 2013 au service de médecine nucléaire du CHU Ibn Rochd de Casablanca pour exploration de MM. Les localisations initiales des mélanomes étaient réparties de la façon suivante : 11 localisations aux membres ; 5 localisations cervico-faciales ; 6 localisations muqueuses ; et 3 atteintes ganglionnaires d’un MM de primitif inconnu.

Parmi les malades adressés pour bilan d’extension, la tumeur primitive captait le FDG dans tous les cas. La TEP-TDM n’a pas montré d’anomalie chez 36 % des cas. Elle a révélé un hypermétabolisme ganglionnaire régional chez 36 % des cas et un hypermétabolisme ganglionnaire avec localisations à distance chez 14 % des cas. Deux patients présentaient des skip métastases.

Pour les malades adressés pour suspicion de récidive locale, la TEP-FDG était positive chez tous les malades. Elle a montré une récidive chez 83 % des patients, avec atteinte ganglionnaire régionale dans 16 % des cas, atteinte ganglionnaire et viscérale dans 33 % des cas, et avec localisations viscérales secondaires dans 33 % des cas. L’exploration a également objectivé chez un cas une extension ganglionnaire régionale sans hypermétabolisme local.

Sur les malades adressés pour évaluation en fin de traitement, 40 % présentaient une rechute locale associée à des localisations ganglionnaires et 40 % une rechute locale, des localisations ganglionnaires et des métastases à distance. Chez un patient, la TEP-FDG n’a révélé aucun hypermétabolisme suspect.

Actuellement, l’utilisation de la TEP-FDG en pratique courante devrait permettre d’établir la cartographie la plus exacte possible de l’extension du MM. Elle  aurait également un rôle important dans l’évaluation de la réponse thérapeutique aussi bien pour les traitements classiques que pour les nouveaux traitements.

 

 

Auteurs : S. Taleb, Gh. Cherkaoui Salhi, M. Ait Idir, A. Guensi

Service de médecine nucléaire, CHU Ibn Rochd – Casablanca

Chargement...