CANCER DE LA PROSTATE // N°63

 

American Society for Radiation Oncology (ASTRO) 2016 Annual Meeting. Résumé 6. Présenté le 25 septembre 2016.

Mieux cibler quels patients peuvent vraiment bénéficier d’un traitement anticancéreux adjuvant grâce à l’analyse génomique de leur tumeur, ne relève plus de la science-fiction. En témoigne l’obtention récente du remboursement en France de ce type de tests génétiques dans le cancer du sein.

Dans le cancer de la prostate, des tests génétiques de dépistage et de pronostic sont déjà commercialisés mais ils n’ont pas obtenu de remboursement en France. En outre, ces tests ne permettent pas encore de prédire la réponse au traitement adjuvant par radiothérapie.

De nouvelles données, présentées au congrès annuel de l’American Society for Radiation Oncology (ASTRO), en septembre dernier à Boston, laissent entrevoir de belles perspectives en ce sens.

Grâce à leur analyse génomique de tumeurs prostatiques, des chercheurs américains ont pu identifier trois sous-types moléculaires de cancers de la prostate, qu’ils ont appelé A, B et C. Ils ont également pu montrer que ces trois profils de cancer étaient associés à trois niveaux de risque de développer des métastases. Ils étaient également prédictifs de la réponse à la radiothérapie post-chirurgie.

C’est ainsi que le sous-type A avait le pronostic le plus favorable. La survie sans métastases à 10 ans était de 73,6 % dans le groupe A, de 64,4 % dans le groupe B et de 57,1 % dans le groupe C. Par ailleurs, il a été observé que chez les sujets non traités par radiothérapie, les patients du sous-type A avaient toujours un pronostic plus favorable. En revanche, après radiothérapie, le pronostic était similaire pour les 3 sous-types. En poussant leurs investigations, ils ont pu quantifier l’ampleur du bénéfice induit par la radiothérapie pour les trois groupes et ils ont trouvé que la réponse à la radiothérapie postopératoire était deux fois plus importante pour les sous-types B et C que pour le sous-type A.

D’après les auteurs, « il s’agit peut-être du premier biomarqueur capable de nous indiquer quels patients peuvent bénéficier le plus de la radiothérapie ».

 

 

Chargement...