Consommation de thé et PR : Quel lien ? // N° 117

 

 

Une équipe de chercheurs suédois a évalué l’association entre la consommation plus ou moins importante de thé et le risque de développer une polyarthrite rhumatoïde (PR).

Les données de consommation en thé de 2237 patients ayant reçu le diagnostic de PR entre 2005 et 2018 et de 4661 témoins appariés sur l’âge, le sexe et la zone de résidence ont été ainsi inclus dans l’étude. La consommation de thé a été classée en différentes catégories : pas de consommation ; consommation irrégulière (<1 tasse/jour) ; consommation régulière (1-2 tasses/jour) ; et élevée (≥2 tasses/jour).

Sur l’ensemble de la population, 57,3 % des sujets atteints de PR ne consommaient pas de thé et 19,7 % en étaient de gros consommateurs, contre respectivement 58,7 % et 22,1 % parmi les sujets témoins. Il y avait globalement plus de fumeurs parmi les personnes diagnostiquées pour PR que parmi les témoins (22,5 % versus 13,8 %). Au moment du diagnostic de PR, les consommateurs de thé étaient moins souvent fumeurs ou consommateurs d’alcool que les autres.

L’association entre la consommation de thé et le risque de PR n’était pas linéaire. Ce risque chez les gros consommateurs de thé était diminué de 22 % (odds ratio 0,78 [0,66-0,92]) par rapport à ceux qui en consommaient moins d’une tasse/jour. En revanche, après ajustement sur le niveau d’éducation, l’IMC, le tabagisme, la consommation d’alcool et de café, cette association perdait sa significativité ORa : 0,85 [0,71-1,01].

Une analyse en sous-groupes a montré qu’une forte consommation de thé (≥2 tasses de thé/jour) avait un effet protecteur chez les sujets fumeurs (ORa 0,76 [0,62-0,94]) et porteurs d’anticorps anti-peptides citrullinés (ORa 0,60 [0,38-0,95]).

Au total, par rapport à la consommation <1 tasse de thé/jour, ceux qui en consommaient plus de 2 tasses/jour bénéficiaient d’un effet protecteur, mais seulement s’ils étaient également fumeurs ou porteurs d’anticorps anti-peptides cycliques citrullinés (anti-CCP).

Arthritis Res Ther 2021;23:209.

Chargement...