CRP et microalbuminurie, nouveaux marqueurs du risque cardiovasculaire du sujet diabétique

 

 

Le diabète est un problème majeur de santé publique par ses taux de prévalence épidémiques et ses complications lourdes et invalidantes responsables de près de 5 millions de décès par an. Les complications cardiovasculaires représentent la principale cause de décès chez les patients diabétiques. Leur prise en charge constitue alors une priorité pour le suivi du sujet diabétique. Habituellement, le monitoring du risque  cardiovasculaire est fondé sur le suivi des facteurs de risque traditionnels, comme l’hypertension, la dyslipidémie, l’obésité et le tabagisme. Si l’importance de ces facteurs de risque en cause est bien établie, les recherches récentes ont mis en évidence l’importance d’autres facteurs de risque dans la pathogenèse et l’évolution de la maladie cardiovasculaire. Ainsi plusieurs nouveaux paramètres connaissent une implication croissante dans l’évaluation du risque cardiovasculaire. Il s’agit notamment du fibrinogène, l’homocystéine, la lipoprotéine A, la microalbuminurie et la protéine C-réactive (CRP). Ces deux derniers paramètres semblent présenter une importance particulière en raison de la facilité de leurs dosages et de leurs valeurs prédictives très intéressantes. Par ailleurs, la microalbuminurie et la CRP présentent une bonne corrélation avec le risque cardiovasculaire. Dans le présent travail, nous proposons une revue de littérature sur l’intérêt de la CRP et la microalbuminurie dans la prise en charge des patients diabétiques.

 

Auteurs : F. El Boukhrissi, I. Benbella, Y. Bamou,  L. Balouch

Service de Biochimie-Toxicologie, Hôpital militaire Moulay Ismail – Meknès

Chargement...