Diamox® et Defiltran® (acétazolamide)
Désormais contre-indiqués pendant la grossesse // N° 84

 

 

Les spécialités d’acétazolamide Diamox® 250 mg comprimé, Diamox® 500 mg poudre et solvant pour préparation injectable et Defiltran® 10 % crème sont désormais contre-indiqués au cours de la grossesse par l’ANSM.

  • Defiltran® ne doit jamais être utilisé pendant toute la grossesse (contre-indication absolue).
  • Diamox® ne doit jamais être utilisé au 1er trimestre de grossesse. Aux 2e et 3e trimestres de grossesse, l’utilisation de Diamox® doit être réservée aux situations d’absolue nécessité, à savoir certaines situations d’urgence de glaucome (Glaucome à angle ouvert). Dans ces situations en effet, il n’existe pas d’alternative plus sûre que Diamox® et une absence de prise en charge aurait des conséquences graves pour la mère (cécité et lésion irréversible de la rétine). Dans ce cas, une surveillance particulière doit être mise en place.

Dans ce contexte, l’ANSM recommande aux professionnels de santé :

  • de mettre en place une contraception efficace avant l’instauration du traitement par Diamox® (contre-indiqué au 1er trimestre) ou Defiltran® (contre-indiqué pendant toute la grossesse) ;
  • en cas d’exposition pendant la grossesse, d’instaurer un suivi prénatal spécialisé ainsi qu’une surveillance du volume du liquide amniotique ;
  • en cas d’exposition en fin de grossesse, de réaliser un bilan hydro-électrolytique chez le nouveau-né.

Le risque tératogène de l’acétazolamide a été établi sur la base d’une revue des données disponibles qui montrent un signal d’effets malformatifs et de toxicité chez le fœtus en cas d’exposition à l’acétazolamide au cours de la grossesse.

 

VidalNews du 12 octobre 2018.

 

 

Chargement...