La dysfonction érectile : Prise en charge en médecine générale // N° 88

 

 

La prise en charge des troubles de la fonction sexuelle masculine impose la prise en compte des dimensions organique, psychologique et relationnelle. Elle commence par la prise en charge de la santé non sexuelle. On recommande la correction de l’hygiène de vie, la lutte contre la sédentarité, l’obésité, le tabagisme, l’alcoolisme ou l’usage de stupéfiants. Il faut aider le patient à entamer un sevrage de toutes les addictions et à faire de l’activité physique. Les autres paramètres organiques seront corrigés comme le diabète, l’HTA, l’athérosclérose.

Les traitements médicamenteux par les IPDE5 sont introduits en prenant en compte l’état général du patient et en évitant les contre-indications absolues. Ce traitement sera administré en continue ou à la demande selon les cas.

La prise en charge de la dysfonction érectile nécessite un accompagnement constant du patient, un suivi au long cours, pour l’aider à corriger les erreurs de comportement, et pour optimiser la prise du traitement. Le médecin doit rester vigilant durant cet accompagnement. S’il remarque une aggravation de la situation du patient ou du couple, il doit passer la main au sexologue.

 

Auteurs : E. Wichou, A. Moataz, R. Aboutaieb

Laboratoire de santé sexuelle

Faculté de médecine et de Pharmacie Casablanca

Chargement...