Edito N° 108 // Février 2021

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’accident vasculaire cérébral (AVC) se définit comme « le développement rapide de signes localisés ou globaux de dysfonction cérébrale avec des symptômes durant plus de 24 heures, pouvant conduire à la mort, sans autre cause apparente qu’une origine vasculaire ».

Le terme d’AVC regroupe l’ensemble des pathologies vasculaires cérébrales d’origine artérielle ou veineuse, à savoir : les ischémies cérébrales artérielles [l’accident ischémique transitoire (AIT) et les infarctus cérébraux constitués] ; les hémorragies cérébrales ou intra-parenchymenteuses ; et les thrombophlébites cérébrales.

Dans les pays occidentaux, les AVC représentent la troisième cause de mortalité après les affections cardiaques et les cancers. Ils représentent également la deuxième cause de démence et la première cause de handicap chez l’adulte.

Basé sur les mécanismes étiologiques des AVC ischémiques, le système de classification de TOAST (Trial of ORG 10172 in Acute Stroke Treatment) classe les causes des accidents ischémiques cérébraux en 5 groupes : l’athérosclérose des grosses artères ; l’AVC cardioembolique ; l’AVC de causes déterminées ; l’occlusion des petites artères (lacunes) ; et les AVC de causes indéterminées ou cryptogéniques. Dans la dernière situation, on peut distinguer 3 cas : le premier est celui où il existe 2 ou plusieurs causes déterminées ; dans le 2e, l’évaluation est négative ; et dans le 3e cas, l’évaluation est incomplète.

L’AVC cardioembolique représente 15 à 30 % des AVC. On distingue plusieurs sources cardiaques d’embolie cérébrale à risque embolique différent, souvent difficiles à identifier, avec un risque de récidive plus important par rapport aux autres ischémies cérébrales. Le bilan cardiaque est alors nécessaire en cas d’ischémie cérébrale, afin de rechercher une source cardiaque d’embolie cérébrale.

Dans ce dossier de la Revue de Médecine Pratique, nous allons évoquer les particularités cliniques et paracliniques des accidents ischémiques cérébraux, détailler le bilan cardiologique minimal à réaliser à la recherche de source cardiaque d’embolie et enfin, s’intéresser à l’association accident ischémique cérébral et foramen ovale perméable, situation particulière pour laquelle une littérature abondante et récente est enfin disponible.

1 Haboub, H. Mechal, A. Kherraf, MEG. Benouna, A. Drighil, L. Azzouzi, R. Habbal

Service de Cardiologie, CHU Ibn Rochd – Casablanca1

Chargement...