Edito N° 119 // Février 2022

Les uvéites sont définies par l’inflammation de l’iris, des corps ciliaires, du vitré, de la rétine et de la choroïde. Leur incidence est de l’ordre de 17 à 52 pour 100000. Ils sont responsables d’une cécité chez 5 à 10 % des cas, principalement par œdème maculaire, hypertonie oculaire et vascularite rétinienne.

Le diagnostic positif est ophtalmologique, à l’aide de l’examen anatomique par la lampe à fente et le fond d’œil, et en cas d’atteinte postérieure, par la réalisation d’angiographies à la fluorescéine et au vert d’indocyanine, ainsi que par un examen par tomographie en cohérence optique (OCT).

Plusieurs causes ont été décrites, classées en cinq groupes d’importance inégale : maladies infectieuses, maladies inflammatoires, pseudo-uvéites, entités ophtalmologiques, et les uvéites iatrogéniques.

La démarche diagnostique d’une uvéite nécessite une collaboration entre ophtalmologiste et interniste. La détermination d’une étiologie est importante en raison des conséquences pronostiques et thérapeutiques.

Nous allons aborder à travers ce dossier la classification des uvéites, la démarche diagnostique à suivre pour poser un diagnostic, et enfin, nous détaillerons le traitement des uvéites non infectieuses.

 

  • BARAKAT, M. FARES, M. BENZAKOUR, K. ECHCHILALI, M. MOUDATIR, H. EL KABLI

Service de Médecine interne, CHU Ibn Rochd – Casablanca

Chargement...