Edito N° 123 // Juin 2022

La grossesse et l’accouchement sont des moments précieux de la vie d’une femme. Cependant, elles sont responsables de modifications physiologiques qui peuvent jouer un rôle favorisant la survenue ou l’aggravation de certaines pathologies neurologiques. À titre d’exemple, en entrainant un état d’hypercoagulabilité, le risque de survenue de thromboses veineuses cérébrales augmente et représente 20 % des thromboses veineuses cérébrales de l’adulte. Les céphalées représentent également une plainte fréquente durant cette période, leur prévalence est estimée à 35 %. Bien que les causes soient dominées par les céphalées primaires, telle la migraine qui survient essentiellement lors du premier trimestre et en post‐partum, certaines pathologies potentiellement graves doivent être recherchées, comme une pré-éclampsie, un syndrome de vasoconstriction cérébrale réversible, une dissection des artères cervico-encéphaliques, une hypotension du liquide céphalorachidien ou une hypertension intracrânienne secondaire ou idiopathique (HTICI). Cette dernière constituant une pathologie grave de par ses complications engageant le pronostic vital et visuel de la maman et ses implications thérapeutiques.

L’amélioration du diagnostic et du traitement de plusieurs maladies neurologiques comme l’épilepsie a permis à la plupart des femmes épileptiques de se marier et d’avoir des enfants. L’épilepsie en elle-même n’a pas d’effets néfastes sur le bon déroulement de la grossesse. Toutefois, elle peut entrainer une diminution des taux sanguins de certains traitements anti-épileptiques et donc de leur activité. Dans ce cas, il est possible que l’épilepsie soit alors mal contrôlée, entrainant l’apparition de nouvelles crises convulsives, voire des états de mal épileptiques avec leurs complications sur la mère et le fœtus.

Une autre pathologie, pas moins fréquente chez la femme en âge de procréer, est la sclérose en plaques dont les rechutes surviennent essentiellement dans les 3 premiers mois du post-partum et dont les implications thérapeutiques ne sont pas toujours faciles à manier.

Dans la perspective de contribuer efficacement à la réduction de la morbi-mortalité maternelle liée aux pathologies neurologiques, nous traiterons à travers ce dossier thématique, décliné sur 2 numéros consécutifs de la Revue de Médecine Pratique, quelques pathologies neurologiques rencontrées en pratique quotidienne, en abordant leurs diagnostics, leurs prises en charge et les particularités de leurs associations avec un contexte de grossesse et de post-partum : les thromboses veineuses cérébrales, les céphalées y compris l’HTICI, l’épilepsie et la sclérose en plaques. L’association de ces deux états requiert une collaboration stricte entre neurologue, gynéco-obstétricien, généraliste, pédiatre, et pour certaines situations, l’anésthesite-réanimateur pour une prise en charge optimale et personnalisée de chaque patiente.

 

Dr Malika BERRADA, Pr Mohammed Abdoh RAFAI

Service de neurologie et des explorations neurophysiologiques, CHU Ibn Rochd – Casablanca

Chargement...