Edito N° 87 // Mars 2019

L’hypertension artérielle (HTA) est plus que jamais un sujet d’actualité. D’une part, la dernière enquête nationale « STEPWISE » vient confirmer sa forte prévalence dans la population marocaine (3 adultes sur 10). D’autre part, les dernières années ont été fertiles en recommandations internationales (notamment américaines en 2017 et européennes en 2018).

Nous pouvons cependant regretter les discordances, parfois significatives, entre ces recommandations, pourtant toutes tirées des mêmes références scientifiques. Ces divergences reflètent encore trop souvent les opinions des experts rédacteurs, opinions basées sur l’interprétation des essais thérapeutiques, de la littérature scientifique en général et adaptées en fonction de chaque contexte.

Dans ce cadre, les nouvelles recommandations européennes pour le diagnostic et la prise en charge de l’hypertension artérielle ne s’alignent pas sur la définition de l’HTA, ni sur les nouveaux objectifs tensionnels des récentes recommandations américaines. Elles préconisent, concernant le traitement initial, de frapper d’emblée plus fort en ayant recours, le plus souvent, à une association fixe d’antihypertenseurs.

Dans ce numéro de la Revue de Médecine Pratique, l’équipe du service de Néphrologie du CHU Hassan II de Fès vous propose de revenir sur différents aspects faisant l’actualité de la prise en charge de l’HTA, à commencer par les modalités du diagnostic, particulièrement la méthode de mesure de la pression artérielle qui accorde une plus grande importance à la mesure ambulatoire, en passant par la définition des niveaux tensionnels cibles et, enfin, les objectifs tensionnels et les stratégies thérapeutiques. Une attention particulière est également accordée à la prise en charge de l’HTA résistante.

 

Pr Tarik SQALLI HOUSSAINI

Chef de service de néphrologie

CHU Hassan II – Fès

Chargement...