Évolution et suivi du syndrome de Gougerot-Sjögren

 

 

 

Le syndrome de Gougerot-Sjögren (SGS) est une exocrinopathie auto-immune associée à la production d’auto-anticorps antiSSA/Ro et anti SSB/La, caractérisée par un syndrome sec oculo-buccal dû à la présence d’un infiltrat lymphocytaire et plasmocytaire des glandes exocrines salivaires et lacrymales. La survenue de signes extraglandulaires en fait, à proprement parler, une maladie systémique. Il s’agit le plus souvent d’une affection bégnine, mais 5 % des patients développent une transformation lymphomateuse B monoclonale, généralement de type MALT (mucosa-associated lymphoid tissu). L’évolution est en général stable, mais nécessite une surveillance au long cours de par le risque de survenue d’une pathologie lymphomateuse. La survenue d’une adénopathie, d’une hypocomplémentémie, ou d’une gammapathie monoclonale doit faire rechercher l’apparition d’un lymphome. Le suivi sera fonction de la sévérité initiale, du type d’atteinte viscérale, et/ou de la survenue d’évènements intercurrents. L’objectif de cet article étant de faire le point sur l’évolution et le suivi du SGS.

 

 

Auteurs : B. Venant, K. Nassar, S. Janani

Service de Rhumatologie, CHU Ibn Rochd – Casablanca

Chargement...