Intérêt de la cytométrie en flux dans le diagnostic et le suivi des leucémies aiguës // N° 96

 

 

 

Le diagnostic des hémopathies malignes, et en particulier celui des leucémies aiguës, est basé sur une étude multiparamétrique ; à côté de la morphologie, des études phénotypiques et génétiques (cytogénétiques et moléculaires) sont actuellement indispensables. Certaines entités n’ont été décrites et reconnues que par l’une de ces approches. La cytométrie en flux permet de caractériser le composant cellulaire dont dérive la prolifération, et le stade de différenciation au sein de cette lignée. En outre, elle définit la clonalité en particulier dans les proliférations lymphoïdes B mais aussi T. Elle recherche également l’existence éventuelle de critères de malignité tel que des trous phénotypiques ou des expressions d’antigène aberrant. Enfin, elle précise des critères pronostiques. Parmi les différentes hémopathies, les leucémies aiguës lymphoblastiques sont préférentiellement reconnues par cette approche, alors que dans les leucémies aiguës myéloblastiques, le phénotypage permet une confirmation du diagnostic cytologique et la recherche de facteurs pronostiques. Un système de score (EGIL) permet d’assigner aux cellules tumorales leur contrepartie normale à une lignée en fonction de l’expression de différents marqueurs.

 

 

 

Auteurs : I. Tlamçani, Z. Taki, S. Filali, N. Garaali, M. Amrani, M. Amrani Hassani

Laboratoire d’hématologie, Laboratoire central d’analyses médicales, CHU Hassan II – Fès

Chargement...