Mavenclad® : Les précautions d’emploi mis à jour ! // N° 120

 

Des effets indésirables hépatiques peu fréquents, mais potentiellement graves, ont été rapportés avec l’immunosuppresseur Mavenclad® à base de cladribine. C’est pourquoi de nouvelles mises en garde et précautions d’emploi sont préconisées.

Ainsi, avant d’initier Mavenclad®, il est recommandé :

  • de rechercher des antécédents de troubles hépatiques sous-jacents et des épisodes d’atteintes hépatiques avec d’autres médicaments ;
  • de réaliser des tests de la fonction hépatique, incluant les transaminases, la phosphatase alcaline et la bilirubine totale. Ce bilan doit être effectué avant l’initiation de Mavenclad®, en année 1 et en année 2 de traitement.

Les tests de la fonction hépatique doivent être réalisés en cours de traitement, si nécessaire. Et en présence d’atteintes hépatiques, Mavenclad® doit être temporairement ou définitivement arrêté selon les cas. Les patients doivent être également informés sur ce risque d’effet indésirable, notamment sur les signes cliniques évoquant une atteinte hépatique (ictère/coloration jaune ou jaunâtre de la peau et du fond de l’œil par exemple).

Pour rappel, Mavenclad®, de prescription réservée aux neurologues, est indiqué chez l’adulte dans le traitement des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) récurrente, définies par des paramètres cliniques ou l’imagerie (IRM).

En pratique, Mavenclad® est administré sur une période de 2 années (année 1 et année 2), chacune comportant 2 cycles de traitement. Pendant ces 2 années, la dose cumulée recommandée de cladribine est de 3,5 mg/kg de poids corporel, soit 1,75 mg/kg par an. Chacun des 2 cycles annuels comporte 2 semaines de traitement : 1 semaine au début du 1er mois ; et 1 semaine au début du 2e mois de la même année, soit 28 jours plus tard. Chaque semaine de traitement est composée de 4 ou 5 jours.

 

VidalNews du 15 février 2022.

Chargement...