Le microbiote intestinal
Une cible pour obtenir la diminution du poids //N°72

 

De plus en plus d’arguments font le lien entre le microbiome intestinal et l’obésité dans l’espèce humaine. Une équipe chinoise associée à des Américains et à des Scandinaves a réalisé une étude d’association métagénome entier et de profilage métabolomique sérique dans une cohorte de sujets chinois jeunes, minces ou obèses. Ils ont identifié des espèces microbiennes intestinales associées à l’obésité, qui s’accompagnent de modifications des métabolites circulants.

C’est ainsi que l’abondance de Bacteriodes thetaiotaomicron, un commensal fermentant le glutamate, est nettement diminuée chez les obèses et est corrélée de manière inverse avec les concentrations de glutamate sérique. Chez la souris, le gavage de Bacteriodes thetaiotaomicron réduit les concentrations de glutamate plasmatique et évite la prise de poids induite par l’alimentation et l’adiposité. Chez l’homme, la chirurgie bariatrique restaure partiellement les modifications microbiennes intestinales associées à l’obésité ainsi que les altérations métaboliques des sujets obèses, en particulier corrige le défaut d’abondance de Bacteriodes thetaiotaomicron et les concentrations élevées de glutamate.

Selon les experts, ces données permettent donc d’identifier des liens, jusque-là inconnus, entre des altérations du microbiote intestinal, des concentrations d’amino-acides circulants et l’obésité, suggérant qu’il pourrait être possible d’intervenir dans l’obésité en ciblant le microbiote intestinal.

 

Nature Med 2017;23:589-68.

Chargement...