Pfizer Oncologie
Lancement de 3 anticancéreux // N°73

 

 

Le 23 novembre dernier, les Laboratoires pharmaceutiques Pfizer ont organisé à Casablanca une table ronde avec la presse spécialisée pour le lancement de trois nouvelles thérapies ciblées innovantes pour les patients Marocains atteints de cancer avancé ou métastatique.

Etaient présents à cette table ronde, outre la presse médicale spécialisée et le staff de Pfizer, le Pr Hassan Errihani, Chef du département d’oncologie médicale à l’Institut National d’Oncologie à Rabat, Directeur entre autres du Diplôme National d’oncologie médicale, et Président de l’Association Marocaine de Recherche et de Formation en Oncologie Médicale (AMFROM).

Cet imminent oncologue, qui venait de recevoir la veille le Prix national pour la lutte contre le cancer par SAR la Princesse Lalla Salma, a tout d’abord dressé un tableau des différents progrès qu’a connu la cancérologie au Maroc depuis 2004 (nombreux centres de radiothérapie couvrant les différentes régions du Royaume ; 41 accélérateurs linéaires ; accès aux médicaments facilité par le programme « Acces » de la Fondation Lalla Salma ; formation diplômante de qualité ; conception de guidelines structurant les indications et protocoles de chimiothérapie selon le contexte marocain ; élaboration du plan national de cancer ; et l’existence de registres régionaux dont celui de la Région du Grand Casablanca pour la période 2008-2012, qui est représentatif de la population marocaine. Pr Errihani a ensuite décrit les caractéristiques épidémiologiques des différents cancers dans notre pays, en particulier ceux du sein, du poumon et du rein.

Ainsi au Maroc, le cancer du sein arrive en 1re position (20 %) avec près de 8000 nouveaux cas/an, suivi du cancer du poumon (11,4 %) et du cancer colorectal, puis viennent les cancers du col utérin, de la prostate et de la thyroïde.

Concernant Pfizer Oncologie, cela fait 10 ans que ce laboratoire s’est lancé le challenge de vaincre le cancer. En 2007, près de 15 molécules dédiées à l’oncologie sont en étude clinique, et pour le Maroc, ce sont aujourd’hui pas moins de 3 molécules de thérapie ciblée qui ont obtenu une autorisation de mise sur le marché.

Il s’agit de :

  • Ibrance® (palbociblib), indiqué en association avec le létrozole, dans le traitement en première ligne du cancer du sein métastatique chez la femme ménopausée, positif pour le récepteur d’estrogène (ER+) et négatif pour le récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (HER2-). Cette indication est validée dans le cadre du processus d’approbation accéléré sur la base des données de survie sans progression ;
  • Xalkori® (crizotinib), indiqué en première ligne de traitement des patients adultes ayant un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) ALK (anaplasic lymphoma kinase) positif et avancé. Il est également préconisé chez des patients adultes ayant reçu au moins un traitement antérieur pour un CPNPC (ALK)-positif et avancé, ainsi que dans le traitement des patients adultes ayant un CPNPC ROS1 (proto-oncogene 1, Receptor Tyrosine Kinase)-positif et avancé ;
  • et Inlyta® (axitinib) qui est indiqué pour le traitement de patients atteints d’un carcinome rénal avancé après échec d’un traitement systématique préalable.

Avec la disponibilité de ces 3 molécules innovantes pour les patients Marocains, le Maroc se place ainsi parmi les premiers pays au niveau régional à bénéficier de ces thérapeutiques de pointe.

 

Point presse organisé par les Laboratoires Pfizer, le 23 Novembre 2017 à l’Hôtel Four Seasons – Casablanca.

Chargement...