Prise en charge des dyslipidémies Nouvelles recommandations de la HAS // N° 66

La Haute Autorité de Santé (HAS) propose une nouvelle version de ses recommandations sur la prise en charge des dyslipidémies. Elle vient remplacer la publication de la HAS de 2005 qui était devenue « obsolète » en s’appuyant sur le consensus français relatif à la prise en charge des dyslipidémies de l’adulte, finalisé en 2016, par un groupe de travail commissionné par la Société Française d’Endocrinologie (SFE), la Société́ Francophone du Diabète (SFD) et la Nouvelle société́ française d’athérosclérose (NSFA).

  • La HAS précise que « L’objectif de la prise en charge de l’hypercholestérolémie est la réduction de la mortalité́ ainsi que de la survenue des événements cardio-neurovasculaires, ceci par l’intermédiaire de la diminution de la concentration sanguine du cholestérol lié aux lipoprotéines de faible densité́ (LDL- cholestérol : LDL-C) ».
  • L’évaluation du risque cardiovasculaire global doit être proposée chez les hommes à partir de 40 ans et chez les femmes de plus de 50 ans ou ménopausées. C’est aussi le cas, lors de la prescription d’une contraception estroprogestative (avec une glycémie à jeun).
  • Au-delà de 80 ans, la réalisation systématique d’un bilan lipidique de dépistage n’est pas justifiée.
  • Pour la HAS, lorsque cela est justifié, les statines constituent la première ligne du traitement médicamenteux de l’hypercholestérolémie isolée. Le choix de la statine se fait en tenant compte du niveau initial du LDL-C du patient, du niveau initial du risque cardiovasculaire, de l’existence d’antécédents cardiovasculaires et de l’objectif visé.
  • En cas d’objectif non atteint, il est recommandé d’intensifier le schéma thérapeutique (augmentation de la dose maximale tolérée, substitution par une statine plus puissante ou bien association). Si l’objectif cible n’est pas atteint avec la dose maximale tolérée de statine, une association d’une statine avec l’ézétimibe est recommandée, ou en dernier lieu une association avec la colestyramine.
  • Dans les hyperlipidémies mixtes, l’objectif sur le LDL-C reste primordial et les statines sont recommandées en première intention. Si TG >2 g/L et HDL-C bas (<0,4 g/L chez l’homme et <0,5 g/L chez la femme), une association d’une statine avec un fibrate est recommandée en surveillant les effets indésirables, afin de réduire les TG en dessous de 2 g/L ou d’atteindre l’objectif de LDL-C.
  • A ce jour la HAS affirme que dans l’attente des résultats des essais cliniques en cours, les anticorps monoclonaux anti-PCSK9 (evolocumab et alirocumab) ne peuvent avoir de place dans la stratégie thérapeutique de l’hypercholestérolémie isolée (non familiale ou familiale hétérozygote) et de l’hyperlipidémie mixte.

 

The Heart.org Medscape du 03 avril 2017.

 

 

Chargement...