Prise en charge thérapeutique du cancer de l’ovaire // N° 86

 

 

Le cancer de l’ovaire est le 4e cancer gynécologique de la femme, il s’agit du plus grave des cancers gynécologiques parce qu’il est diagnostiqué deux fois sur trois à un stade avancé avec un volume tumoral primitif et métastatique abdominal considérable. Chez les femmes jeunes, il est plus fréquent de découvrir des formes précoces dont le traitement est d’abord chirurgical et doit comporter une exérèse de la tumeur et une exploration abdominale et ganglionnaire complète pour s’assurer de l’absence de dissémination tumorale au-delà de l’ovaire. L’exérèse peut être une annexectomie unilatérale pour conserver la fertilité. Pour les cancers de stade I sans facteur pronostique péjoratif, le traitement chirurgical est suffisant, sinon une chimiothérapie adjuvante doit être délivrée après l’intervention.

Pour les stades avancés, les meilleures chances de survie sont assurées par une réduction chirurgicale du volume tumoral et une chimiothérapie.

Le concept de réduction tumorale chimio-chirurgicale avec chirurgie d’intervalle après 3 ou 4 cures de chimiothérapie est en passe de remplacer le dogme de la chirurgie première supra-radicale. Actuellement, l’association paraplatine et paclitaxel qui combine efficacité et tolérance est la chimiothérapie la plus utilisée.

 

 

Auteurs : I. Zoubairi, K. Benabdallah, M.Boumahdi, N. Zraidi, S. Khabouze, A. Kharbach
Service de gynécologie-obstétrique, Maternité Souissi – Rabat

Chargement...