Profil du microbiome sanguin Dans la maladie rénale chronique // N° 91

 

 

L’association entre la dysbiose intestinale, l’augmentation de la perméabilité intestinale et l’inflammation médiée par les endotoxines est bien établie dans la maladie rénale chronique (MRC). Cependant, la modification du microbiome sanguin dans la MRC n’a jamais été étudiée.

Dans une étude pilote, les auteurs ont comparé le profil du microbiome sanguin entre les patients atteints de MRC et des sujets sains, en utilisant le séquençage de l’ADN ribosomal 16S.

Ils ont extrait l’ADN bactérien du sang. Puis, ils l’ont analysé quantitativement et par PCR 16S et qualitativement par séquençage métagénomique ciblé 16S à l’aide d’un « pipeline » amoléculaire spécifiquement optimisé pour les échantillons de sang. L’étude était transversale et elle a comparé 20 patients non diabétiques atteints de MRC à 20 sujets contrôles sains.

Les auteurs ont identifié 22 unités taxonomiques opérationnelles très différentes entre les deux groupes. Le séquençage 16S métagénomique a révélé une réduction significative de la diversité dans le groupe avec MRC par rapport aux témoins sains (127618 versus 145631 ; p = 0,04).

Les protéobactéries, les gammaprotéobactéries et les familles des Enterobacteriaceae et des Pseudomonadaceae étaient plus abondantes chez les patients atteints de MRC que chez les témoins sains. Le DFG (débit de filtration glomérulaire) était inversement corrélé à la proportion de protéobactéries.

Les résultats de cette étude pilote montrent des différences qualitatives dans le profil du microbiome sanguin. Les patients atteints de MRC présentent une diversité plus faible et des variations taxonomiques significatives de leur microbiome sanguin par rapport aux contrôles sains.

 

Clin J Am Soc Nephrol 2019;14(5):692-701.

Chargement...