Recommandations ESC 2021 : Prévention du risque cardiovasculaire dans la pratique clinique // N° 115

 

 

Les nouvelles recommandations de l’ESC (Société Européenne de Cardiologie) sur la prévention du risque cardiovasculaire fournissent de nombreuses nouvelles indications sur l’évaluation et la gestion du risque cardiovasculaire dans la pratique clinique. Elles ont été résumées en 10 messages clés par le bureau de la SFC (Société Française de Cardiologie) en collaboration avec l’équipe du Collège des Cardiologues en Formation (CCF).

1- Une évaluation globale systématique du risque cardiovasculaire est recommandée chez les individus avec au moins un facteur de risque majeur. L’évaluation du risque cardiovasculaire chez les individus apparemment sains doit désormais passer par l’utilisation des scores SCORE2 avant 70 ans et SCORE2-OP à partir de 70 ans.

2- La prise en charge des facteurs de risque se fait sur 2 paliers : un premier palier pour tous les patients à un certain niveau de risque, puis un 2e palier en cas de spécificités ou un sur-risque particulier (pour l’exemple, voir le point 5).

3- Les patients avec athérosclérose établie, diabète, insuffisance rénale chronique, hypertension artérielle ou dyslipidémie génétique doivent être considérés comme à haut ou très haut risque cardiovasculaire.

4- Une optimisation du mode de vie est recommandée pour diminuer le risque cardiovasculaire : régime méditerranéen ou équivalent, diminution de la consommation d’alcool, sevrage tabagique, activité physique.

5- Les objectifs de LDL-C sont modulés selon le niveau de risque, même en prévention secondaire. Pour ceux ayant une MCV athéromateuse avérée, le niveau de LDL-C doit être ramené au-dessous de 0,70 g/l pour tous (et une baisse d’au moins 50 %). Chez ceux étant particulièrement à haut risque (par exemple ceux ayant des évènements récurrents), ce seuil doit être abaissé à 0,55 g/l.

6- Pour les atteindre, il est recommandé de prescrire une statine jusqu’à dose maximale tolérée. Si cela n’est pas suffisant, il est recommandé d’y associer de l’ézétimibe. Si l’objectif n’est toujours pas atteint avec l’association statine + ézétimibe, il est recommandé de prescrire un inhibiteur de PCSK9 en prévention secondaire ou en cas d’hypercholestérolémie familiale et de très haut risque cardiovasculaire.

7- L’objectif global de pression artérielle est <140/90 mmHg, mais il est recommandé de viser une PA systolique entre 120 et 130 mmHg avant 70 ans. La PA diastolique doit être inférieure à 80 mmHg.

8- Bien que la metformine reste recommandée en première ligne en cas de diabète sans athérosclérose, ni insuffisance cardiaque, ni maladie rénale chronique, les inhibiteurs de SGLT2 et les agonistes du récepteur au GLP1 sont largement recommandés en présence d’une de ces conditions.

9- La participation des patients à un programme de réhabilitation cardiaque après un événement cardiovasculaire est fortement recommandée.

10- Enfin, ces nouvelles guidelines introduisent la notion d’intervention populationnelle, avec notamment une recommandation de grade I pour la mise en place de mesures visant à réduire le niveau de pollution de l’air.

 

CardioOnline du 1er septembre 2021.

 

Chargement...