Sclérose en plaques et grossesse // N° 123

 

 

 

La sclérose en plaques (SEP) est le plus souvent diagnostiquée entre 20 et 40 ans. Plus de deux tiers des patients souffrant de SEP sont des femmes. Ce sont des femmes jeunes en âge de procréer. L’influence de la grossesse sur le cours évolutif de la sclérose en plaques (SEP) a été sujette à controverse. Longtemps, il a été déconseillé aux femmes atteintes de SEP, d’avoir des enfants, arguant l’aggravation de la maladie au cours de la grossesse, mais surtout juste après l’accouchement. Depuis 1998, les données de l’étude PRIMS (Pregnancy in Multiple Sclerosis) ont permis d’apporter une réponse épidémiologique solide, puisqu’il s’agissait de la 1re grande étude prospective dont l’objectif principal était de décrire l’évolution de la SEP au cours de la grossesse et dans les deux premières années suivant l’accouchement.

On peut se poser trois questions : quelle est l’influence de la grossesse sur l’évolution de la maladie ? Quelle est l’influence de la SEP sur la grossesse ? En d’autres termes, la grossesse aggrave-t-elle la SEP et la SEP représente-t-elle des risques spécifiques pour la grossesse ? Et quelle est la gestion des traitements de la SEP au cours de la grossesse et du post-partum ?

 

 

Auteurs : S. NABILI1, K. BENAMMI1, S. BELLAKHDAR1,2,3, K. HADDOUALI1, H. EL OTMANI1,2, B. EL MOUTAWAKIL1,2, MA. RAFAI1,3

1Département de Neurologie, CHU Ibn Rochd, Université Hassan II, Faculté de Médecine et de Pharmacie – Casablanca

2Laboratoire de génétique et pathologie moléculaire, Université Hassan II, Faculté de Médecine et de Pharmacie – Casablanca

3Laboratoire De Recherche Sur les Maladies du Système nerveux, Neurosensorielles et Handicap, Université Hassan II, Faculté de Médecine et de Pharmacie – Casablanca

Chargement...