Traitement et évolution de la pseudo-polyarthrite rhizomélique //N°105

 

 

La pseudo-polyarthrite rhizomélique (PPR) ou polymyalgia rheumatica (PMR) est le rhumatisme inflammatoire le plus fréquent de la personne âgée, associant une altération de l’état général, des douleurs, avec enraidissement des racines des membres et un syndrome inflammatoire biologique. Ce syndrome peut être rencontré de façon autonome ou au cours de la maladie de Horton qui doit être recherchée de principe, en raison de ses complications vasculaires potentielles. Non traité, sa symptomatologie peut se prolonger pendant des mois. Dans les formes mineures, les traitements par les antalgiques et les anti- inflammatoires non stéroïdiens peuvent soulager partiellement les patients et une guérison spontanée peut survenir. Le traitement par les corticoïdes peut entrainer la guérison avec possibilité de rechute ou de récidive. Le développement des thérapies ciblées est entrain d’opérer un changement dans les stratégies thérapeutiques de cette pathologique. Une bonne surveillance clinique et biologique  ainsi que les effets secondaires du traitement est nécessaire afin d’anticiper précocement les rebonds biologiques, les rechutes, les récidives ainsi que les complications de la corticothérapie au long cours. Un score composite d’activité appelé PMR-DAS a été proposé. 

L’objectif de cet article est de définir les éléments d’un bon suivi afin de guider la décroissance de la corticothérapie et de prévenir la survenue d’une rechute.

 

 

Auteurs : E. Bassa, K. Nassar, S. Janani

Service de rhumatologie, CHU Ibn Rochd – Casablanca

Chargement...