Ulcères de pied diabétique Les inégalités sociales associées au pronostic ! // N° 122

 

 

Le pronostic de l’ulcère du pied diabétique en fonction du niveau socio-économique a été étudié par différentes équipes sur le plan international, mais toutes ne concluent pas aux mêmes résultats. Des études ont été menées en France il y a plusieurs années, qui indiquent que l’incidence et les complications (amputation, décès) sont influencées par le niveau de précarité, mais aucune donnée récente fondée sur une analyse cartographique des ressources professionnelles à partir des données du SNDS (Système National de Données de Santé) n’était disponible.

Aujourd’hui, c’est chose faite. Une étude a été menée à partir des données du SNDS, en incluant toutes les personnes ayant un diabète et une complication d’ulcère de pied diabétique. Les complications considérées étaient les hospitalisations pour ulcère et le remboursement d’un pansement pendant au moins 28 jours. La mortalité toutes causes à 1 an était également analysée.

Les résultats de cette étude ont montré que les territoires dans lesquels le taux d’amputation pour ulcère de pied diabétique est le plus élevé sont ceux qui sont les plus défavorisés et les moins peuplés. Ce taux était aussi plus important dans les territoires où l’accès aux infirmières était réduit, sans que l’accessibilité aux médecins généralistes ne soit déterminante. Les cartes de complications et de mortalité post-ulcère n’étaient en revanche pas superposables.

Selon les auteurs, la réduction de l’isolement géographique et le renforcement des liens entre bassins de vie périphériques et bassins urbains pourraient constituer des outils d’amélioration de ce bilan.

 

Medscape du 31 mars 2022.

Chargement...