Webinaire sur les mycoses cutanées organisé par Pierre Fabre Maroc // N° 114

 

 

Les Laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre Maroc ont organisé un webinaire, le 8 juillet dernier, sur les mycoses cutanées. Animé par Pr Soumiya Chiheb, Chef de service de dermatologie au CHU Ibn Rochd de Casablanca, ce webinaire a été l’occasion pour les nombreux participants de suivre une présentation riche en cas cliniques et conduites à tenir pratiques.

Les mycoses cutanées sont fréquentes, touchant 10 à 15 % de la population générale et 70 % des diabétiques. D’après Pr Chiheb, sur les 11834 consultants au service de dermatologie, 1429 étaient des mycoses cutanées (soit 12 % des motifs de consultation), et chez plus d’un tiers d’entre eux, il s’agissait d’onychomycoses (objet de la prochaine session de formation des Laboratoires Pierre Fabre Maroc, le 30 septembre 2021).

Les mycoses cutanées sont caractérisées par un polymorphisme clinique important ; dans la majorité des cas, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à des prélèvements mycologiques. Ces derniers n’étant indispensables qu’en cas d’atteinte du cuir chevelu ou des ongles, afin de déterminer l’agent responsable et d’adapter ainsi le traitement. Non ou mal traitées, les mycoses cutanées évoluent vers la chronicité, les récidives et l’extension.

Les indications du traitement antifongique local sont : l’atteinte peu étendue de la peau glabre ; l’atteinte du pli inter-orteil et inguinal (atteinte d’un seul pli) ; et l’existence d’une contre-indication au traitement systémique (nourrisson et femme enceinte). En revanche, ce traitement local est associé au traitement antifongique par voie générale, lorsque l’atteinte de la peau est étendue ; qu’elle concerne plus de 2 plis ; lorsqu’il s’agit d’une atteinte palmo-plantaire ; du cuir chevelu ; ou des ongles.

Concernant la prescription médicamenteuse chez la femme enceinte ou allaitante, Pr Chiheb a partagé l’adresse d’un site très utile, le site du Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) : www.lecrat.fr, où il est possible de vérifier si les thérapeutiques à prescrire sont autorisées ou non.

La spécialiste en dermatologie a également souligné que le tableau clinique des mycoses cutanées peut être trompeur. Il ne faut pas confondre une épidermomycose avec un psoriasis ; un granulome annulaire ; un lupus subaigu ; une dermatite herpétiforme ; et certaines formes d’eczéma. Si les lésions peuvent parfois prêter à confusion, le contexte et les localisations sont différents. C’est dire l’importance de l’anamnèse dans ce cadre !

En conclusion, Pr Chiheb a rappelé que « les antifongiques locaux sont indiqués dans diverses atteintes cutanées comme l’intertrigo inter-orteil, l’intertrigo interdigital, les mycoses de la peau glabre, les mycoses au niveau des plis et parfois même dans l’érythrasma qui est très fréquente chez les personnes diabétiques et les obèses ».

 

 

Webinaire Mycoses cutanées organisé par Pierre Fabre Maroc, le 8 juillet 2021.

Chargement...