Webinaire sur les onychomycoses organisé par Pierre Fabre Maroc // N° 116

Les Laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre Maroc ont organisé le 30 septembre dernier le second webinaire de leur programme de formation médicale continue sur les mycoses cutanées, consacré cette fois aux onychomycoses. Animé par Pr Soumiya Chiheb, Chef de service de dermatologie au CHU Ibn Rochd de Casablanca, ce webinaire a été -comme pour la 1re session du 08 juillet 2021- l’occasion pour les nombreux participants de suivre une présentation didactique, riche en informations pratiques et étayée de cas cliniques. L’objectif étant de connaître les formes classiques des onychomycoses, ainsi que les critères de sévérité, d’identifier certains diagnostics différentiels et savoir prendre en charge une onychomycose.

Sur le plan clinique, Pr Chiheb a distingué 5 formes cliniques classiques : l’onychomycose latéro-distale (DLSO) ; l’onychomycose proximale (PSO) ; l’onychomycose blanche superficielle ou leuconychie superficielle (SWO) ; la forme endonychiale appelée endonyx car elle occupe toute l’épaisseur de la tablette unguéale sans atteinte du lit ; et la forme avec dystrophie unguéale totale ou onychodystrophie totale (TDO) qui correspond au stade ultime de toutes les différentes formes cliniques en l’absence de traitement.

Quant aux critères de sévérité d’une onychomycose, différents facteurs de risque sont incriminés : le patient (allèle HLA-DR8, âge >60 ans, notion de traumatisme de l’ongle, antécédent personnel d’onychomycose et d’intertrigo, atteinte familiale, retard diagnostique, psoriasis, tabagisme) ; l’existence de comorbidités (diabète, insuffisance artérielle ou veineuse, immuno-suppression…) ; le type et l’importance de l’atteinte unguéale ; et les agents responsables en particulier les moisissures.

Les moyens thérapeutiques (avulsion chimique suivie d’une avulsion mécanique, solution filmogène, traitement local, traitement systémique) ont également été précisés par Pr Chiheb qui a souligné l’intérêt de l’avulsion chimique (urée 40 %) avant le traitement systémique, pour raccourcir la durée du traitement et suppléer le manque de pénétration des antifongiques en cas de pachyonychie, d’onycholyse importante, de dermatophytome, d’onychomycoses à moisissures ou d’atteinte des bords latéraux.

 

Webinaire Onychomycoses organisé par Pierre Fabre Maroc, le 30 septembre 2021.

Chargement...